Retour sur le concert catastrophique de Fally Ipupa

Malgré son organisation dans le prestigieux AccordHotels Arena de Paris, le concert de Fally du 28 février 2020 fut une catastrophe.

Que s’est-il passé ?

18h, deux heures avant le début du concert de Fally, les « combattants » commence le carnage.  En effet, au cours d’une manifestation illégale, ils ont engendré une série d’actes violant.

Tout d’abord, un important incendie fit son apparition dans le décor de Gare de lyon. Ses fumées s’étendaient jusque dans la gare, qui fut évacuée par mesure de sécurité. L’incendie fut le résultat de la combustion d’une trentaine de petits véhicules (deux roues) ainsi que du mobilier urbain.

Ensuite, ils ont essayé de bloquer l’accès au concert avec des attaques verbales ainsi que physiques (perruques et sacs volé, billets de concert confisqués, etc..) afin de dissuader les spectateurs à participer au concert. Un objectif non atteint au vue du nombre final de spectateur présent.

Qui sont les combattants et pourquoi ont-ils fait ça ?

Combattant est le nom qu’un groupe de la diaspora congolaise (république démocratique du congo) c’est donné. Chaque individu de ce groupe partage un point en commun : leur désaccord face au gouvernement congolais actuel. Ils dénoncent le traitement que ce dernier fait subir aux civiles.

Premièrement, le pays fait face à une interdiction de se réunir de façon pacifique et un non-respect du principe de liberté d’expression.En effet, les manifestions organisées par ces derniers sont interdites. Malgré ça, les civiles se rassemblent de façon pacifiste. Malheureusement, la réponse des autorités est violente. En effet, ils n’hésitent pas à utiliser du gaz lacrymogène et des balles réelles, ainsi que l’arrestation arbitraires et la torture.

Deuxièmement, des menaces ont été adresser à des journalistes pour avoir dénoncé l’expulsion massive de populations installées sur des terres revendiquées par la famille présidentielle.

Enfin, plusieurs attaques menées contre des civils par les groupes armés et les forces gouvernementales ont été observé. 140 groupes armés actifs sur le territoire. Ces derniers sont à l’origine des crimes de guerre : massacres ethniques, viols, recrutement forcé d’enfants et des pillages. On dénombre d’ailleurs plus de 2200 victimes en 2018, d’après le baromètre sécuritaire du Kivu. Malheureusement, le nombre de victimes ne fait qu’augmenter.

(En savoir plus)

Pourquoi les combattant veulent-ils l’annulation du concert de Fally ?

Les combattants mettent tous pleins de dispositifs en œuvre pour dénoncer ces violences. L’un de ces dispositifs est d’interdir tout concert d’artistes congolais dans les salles européennes. Cette initiative sert à faire passer le message suivant : « On ne va pas faire la fête pendant que nos frères sont en train de souffrir ». Pour les combattants, les artistes sont bien trop silencieux face à la situation. En effet, ses derniers devraient utiliser leurs talents afin de dénoncer ce qui se passe en RDC, et leur silence est interprété comme de la complicité. Le cas de Fally aggrave la colère des combattants. En effet, les politiciens, acteurs principaux de ces violences, ont financé le concert du chanteur.

La question que beaucoup se posent est la suivante : comment les violences observées peuvent-elles aider à améliorer la situation en RDC ?

Il est vrai qu’à premières vus les combattants semblent se tromper de champs de bataille. Manifesté contre des musiciens dans un pays se situant à 8,857, 3 km des violences semble être une mauvaise stratégie (mauvaise cible et mauvais lieu). Cependant, les combattants sont satisfaits de l’impact international qu’a eu cette action. En effet, malgré l’image négative qu’ils ont gagnée en agissant de la sorte, ils ont réussi à faire parler de ces actes de violence trop longtemps passé sous silence.

Un concert maintenu, mais à quelles conditions ?

Le 28 février 2020, Fally était déterminé à conserver son concert : « ça fait 10 que je suis interdit de scène française. Cette fois-ci le concert sera maintenu ».

Choses dites, chose fait. Les spectateurs ayant réussi à aller jusqu’au bout auront bien un concert.

Malheureusement leur joie n’a pas duré. Tout d’abord, le début du concert ne commence que 45 min après l’heure indiquée. En effet, l’artiste attendait surement que la salle à moitié vide se remplisse davantage. Lorsque la Start est arrivée, elle a commencé un show inoubliable avec moult danseurs et d’autres célébrités tel que Dadju. Cependant, le show fut vite interrompu par Fally, contraint d’écourter son spectacle pour respecter ses heures de production.

Après cette interruption « brutale », le chanteur a promis à ses fans de revenir et de leur offrir un vrai concert.


Avant de conclure cet article, j’aimerai vous rappeler que les combattants ne représentent pas toute la population du RDC, et encore moins celle du Congo. Beaucoup de Congolais étaient contre ces actes violants.

Je voulais aussi partager avec vous cette compilation qui reprends des classiques de la musique congolaise.

 

logo Weheard nacre, composé de trois barres parallèles (celle du milieu plus petite) avec we heard écrit en dessous et we heard and you en dessous de we heard.

@Leslie

PS : n’hésitez pas à lire nos autres articles : NINHO, NGS,  Alpha Wann, Festival des cultures urbaines, Adèle et bien d’autres

CatégoriesNon classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.